Se connecter | Créer un compte



7 Psychopathes

Ajouter à mes films favoris
 

7 Psychopathes : Bons Baisers d'Hollywood 7 Psychopathes - 3,0/5 (3,00)

7 Psychopathes Martin McDonagh revient avec 7 Psychopathes, un film hallucinatoire à l'humour noir et au casting impeccable. Malgré un manque de cohérence globale, le film séduit par sa réflexion sur le mécanisme cinématographique ainsi que par ses quelques morceaux de bravoures.

 

7 Psychopathes - Christopher WalkenMartin McDonagh nous avait bluffé avec Bon baisers de Bruges, son premier essai cinématographique à la réussite aussi improbable que l'était son titre. L'homme venu du théâtre y faisait preuve d'un grand sens de la dramaturgie en respectant les principes classiques d'unité de lieu, d'action et de temps, ainsi que d'une intrigue qui se divisait en trois parties distinctes et maîtrisées. Le tout dans une ambiance de comédie noire subversive portée par deux acteurs au meilleur de leur forme, Colin Farrell et Brendan Gleeson. Pour sa deuxième tentative, le réalisateur irlandais refait appel à Colin Farrell entouré cette fois d'une pléiade de comédiens hollywoodiens de haut vols. McDonagh situe son action dans la cité des anges et se laisse lui-même prendre au rêve américain et un peu comme son personnage principal.

 

7 Psychopathes - Colin Farrell, Sam RockwellC'est évidemment Martin McDonagh qui se cache derrière le personnage de Marty, scénariste hollywoodien en panne d'inspiration, dépassé par les événements qui l'entourent. Dépassé, on sent un peu que le cinéaste l'est, par son histoire, qui possède vraiment une très bonne note d'intention, (un scénariste en panne d'inspiration face à son scénario 7 Psychopathes se verra aidé par son ami qui mettra sur sa route de vrais criminels) mais qui ne parvient jamais vraiment à en faire quelque chose, tourne en rond, stagne souvent. En résulte alors un ensemble assez désorganisé qui ressemble plus à un enchaînement de saynètes autonomes, qu'un une oeuvre homogène . Peut-être l'homme s'est-il perdu dans ces paysages démesurés et mythiques de l'Ouest américain, à vouloir rivaliser avec les grands d'Hollywood, comme Les Frères Coen ou encore Quentin Tarantino de qui l'on sent l'influence tout au long du film, et particulièrement dans la scène d'ouverture qui montre deux gangsters entamant un dialogue très emprunt de l'esprit «Tarantinien». C'est aussi l'esprit de Scorsese qui plane au-dessus de la relation entre le personnage principal et son meilleur ami Billy, qui nous rappelle celle ambiguë entre De Niro et Harvey Keitel dans Mean Streets.

 

7 Psychopathes - Tom WaitsCes références multipliées sont salvatrices aussi, parce que au-delà de l'esprit embrouillé de l'ensemble 7 Psychopathes a cet aspect jubilatoire que quelques films de ces grands noms possèdent. Bien qu'elles ne soient pas homogènes, certaines séquences prises séparément se révèlent être de véritables morceaux de bravoures grâce à la situation mise en place, aux dialogues souvent savoureux et à la performance d'acteurs habités. Woody Harrelson en parrain de la mafia abattu par l'enlèvement de son chien, Christopher Walken en Quacker à la tête d'un trafic de chiens, mais surtout Sam Rockwell en comédien raté, qui confondra tragiquement fiction et réalité. C'est lui qui nous offre le moment le plus magnifiquement hallucinatoire du long-métrage, dans une scène où il n'a besoin que de son corps et de sa voix pour nous transporter. Si la force de 7 Psychopathes se trouve manifestement dans son casting, toute la réflexion autour du processus d'écriture, de la frontière entre réalité et fiction, engrangée par McDonagh apporte une autre dimension au film qui, on le comprend alors, interroge les mécanismes scénaristiques, en même temps qu'il reprend tous les clichés du film de gangsters pour mieux les détruire. Un projet ambitieux, trop peut-être pour 7 Psychopathes, qui restera quand même un film plein de charme et truffés de scènes virtuoses qui deviendront cultes.

 

*Si vous aimez les dialogues à la Tarantino vous aimerez 7 Psychopathes.

 

 

Par Camille Esnault

 
 

Les commentaires des lecteurs

 
 
 

Retrouvez Toutleciné.com sur...

twitter & Facebook

Zoom Avant

Zoom Avant