Se connecter | Créer un compte



La Bande des Jotas

Ajouter à mes films favoris
 

La Bande des Jotas : le trio déjanté de Marjane Satrapi La Bande des Jotas - 2,0/5 (2,00)

La Bande des Jotas - Marjane Satrapi La bande des jotas est le premier métrage que réalise Marjane Satrapi qui ne soit pas une adaptation d'un de ses propres romans graphiques. C'est elle aussi qui a écrit le scénario et comme on ne dit « jamais deux sans trois », on la retrouve aussi dans le rôle titre. Alors qu'est ce que ça donne ? On est un peu déçus car malheureusement l'histoire se promène un peu dans tous les sens sans vraiment trouver de chemin à suivre...

 

Marjane Satrapi dans La bande des Jotas met en scène trois personnages qu'un destin peu ordinaire réunit pour le meilleur et pour le pire. En effet, le personnage de « La femme » ( M.Satrapi) dont la valise a été confondue avec celle d'un joueur de badminton qui doit avec un compère se rendre à un tournoi. Les deux hommes rapportent la valise à la femme qui pleure et demande de l'aide aux deux joueurs pour, mieux encore que de l'aide elle leur demande de tuer ceux qui seraient responsables de laLa Bande des Jotas - Marjane Satrapi, Stéphane Roche, Mattias Rippa mort de sa soeur. Information vraie ou fausse ? C'est ce qu'on se demande pendant tout le long du film parce-qu'on l'avoue, cette histoire paraît difficilement crédible, qui accepterait en effet de tuer des individus inconnus sous les ordres d'une femme fraichement rencontrée ? Peut-être pas grand monde, c'est pour cela qu'on ne se laisse pas beaucoup porter par l'histoire.

 

Il n'en reste pas moins que le lien presque indéfinissable qui lient les personnages entre eux est bien transposé à l'écran et qu'on a plaisir à voir les moments partagés par nos trois compères. Etrangement, même si les amateurs de badminton ne connaissent pas la femme en question, ils se prennent d'affection pour elle (trop peut-être ?). On a parfois l'impression de se trouver entre trois frères et soeurs qui se chamaillent mais finissent toujours par se réconcilier. On comprend peu à peu pourquoi les deux hommes tombent sous le charme de cette femme attendrissante qui les prends paradoxalement un peu sous son aile. Mine de rien, la femme va aussi leur donner une vie plus palpitante et on a le sentiment que finalement cette vie de « tueurs » ne leur déplaît pas, ils se prennent au jeu si l'on peut dire. On a donc très peu affaire à de longues scènes de remords et de regrets où la conscience des personnages serait torturée. La Bande des Jotas - Ali MafakheriC'est ce qui crée le comique de la situation, des moments sensés nous plonger dans une tristesse, un désarroi total nous saisissent par l'émotion légère qu'ils dégagent. Les dialogues sont eux réussis et jouissifs, on adore voir Marjane Satrapi se moquer des prénoms par exemple qu'elle trouve « cons », ça donne lieu à des scènes rigolotes. Malheureusement, malgré des moments qui nous font sourire, on a souvent l'impression d'avancer vers on ne sait pas trop où, comme si beaucoup de scènes avaient été improvisées sans avoir une ligne directrice précise. Ainsi, nous suivons le périple des personnages au ralentit, ça ressemble un peu à un brouillon sur lequel on aurait inscrit des jets d'idées sans les assembler.

 

*Si vous avez aimé Poulet aux prunes et Persepolis, découvrez le troisième métrage de Marjane Satrapi: La Bande des Jotas !

 

Par Anne-Laure Thirion

 
 

Les commentaires des lecteurs

 
 
 

Retrouvez Toutleciné.com sur...

twitter & Facebook

Zoom Avant

Zoom Avant