Se connecter | Créer un compte



The Impossible

Ajouter à mes films favoris
 

The Impossible : des cris et des larmes The Impossible - 2,0/5 (2,00)

The Impossible - Ewan McGregor, Naomi Watts Juan Antonio Bayona revient sur le Tsunami qui a ravagé la Thaïlande en 2004, touchant aussi bien les locaux que des touristes venus des quatre coins du monde. Il s'inspire de l'histoire vraie d'une famille espagnole et montre ainsi que l'horreur se trouve dans la vie elle-même.

 

The Impossible - Ewan McGregor, Naomi WattsJuan Antonio Bayona avait fait trembler le monde du cinéma espagnol en 2007 avec son drame horrifique L'Orphelinat. Sacré coup d'essai, puisque le long-métrage s'est imposé comme le plus gros succès espagnol dans son pays et comme l'un des films espagnols les plus rentables à l'étranger. Il a même représenté l'Espagne aux Oscars et a remporté 7 Goya dans son pays. Le réalisateur revient pour un deuxième film 5 ans après, avec encore plus d'ambition, aussi bien dans la forme que dans le casting qui vise cette fois l'international, dirigé qu'il est par l'acteur écossais Ewan McGregor et l'actrice australienne Naomi Watts.

 

The ImpossibleCette ambition saute aux yeux dès les premières secondes, soufflées par le son assourdissant de la terre qui s'apprête à trembler et de l'avion qui passe au dessus de l'étendue d'eau par laquelle le drame arrivera. Bayona s'attaque avec The Impossible au genre du film catastrophe, avec tout ce qu'il comporte en effets spéciaux spectaculaires. De ce côté là, le réalisateur prouve que sa jeune expérience n'est pas un handicap et affiche une maîtrise parfaite en s'attaquant à notre angoisse via la vague qui arrive sur les personnages, joue avec leur corps frêles, les faisant affronter des constructions humaines face auxquelles la bataille est perdue d'avance. La vague détruit tout sur son passage, les corps, les paysages, les villes, les vies ne laissant derrière elle qu'un immense No Man's Land d'un réalisme absolument parfait. Les plans aériens sont là pour faire prendre conscience de l'ampleur des dégâts en même temps que de l'impossibilité de l'être humain d'avoir quelconque prise sur ce qui vient de lui arriver.

 

The Impossible - Naomi WattsC'est ça cet Impossible, c'est cette catastrophe qui s'abat sur les personnages sans qu'ils puissent rien y faire. Cet impossible, cet inimaginable, qui est d'autant plus frappant, qu'il s'est réellement produit. Cet impossible, c'est aussi la volonté humaine, qui, réduite à néant par la force de la nature, va pourtant reprendre le dessus et ne jamais lâcher même lorsque le corps le fera lui. Ce propos fait la force de la première partie, qui nous embarque dans le périple d'une mère (Naomi Watts) et de son fils ( Tom Holland) et montre comment l'instinct de survie renaît face à l'adversité. Comment également les relations humaines se trouvent bouleversées après un tel événement : Lucas découvrira que sa mère n'est pas infaillible et dans un joli moment avouera sa difficulté à la voir totalement vulnérable face à lui.

 

The ImpossibleMalheureusement, la réflexion s'arrête en même temps que la première partie et le film se laisse dangereusement entraîné par les écueils du genre. Il devient alors cette fiction larmoyante, à la mise en scène appuyée, d'un père qui pleure à chaudes larmes au téléphone en annonçant la disparition de sa femme et de son fils, de personnes qui se sacrifient pour en aider d'autres, de retrouvailles déchirantes, le tout habillé par une musique sensationnaliste. Bayona perd en force lorsqu'il se laisse aller à l'émotion facile et perd surtout toute profondeur en essayant à tour prix de nous faire pleurer. Il parvient surtout à nous lasser, laissant alors son film à l'état de film catastrophe anecdotique, pourtant si bien parti.

 

Par Camille Esnault

 
 

Les commentaires des lecteurs

 
 
 

Retrouvez Toutleciné.com sur...

twitter & Facebook

Zoom Avant

Zoom Avant