Se connecter | Créer un compte



Sinister

Ajouter à mes films favoris
 

Sinister : même pas peur ! Sinister - 2,0/5 (2,00)

Sinister - Victoria Leigh Sinister est le deuxième essaie au film d’horreur du réalisateur Scott Derrickson. Essaie pas encore concluant, reprenant les sempiternelles recettes des différents exemples du genre, sans les moderniser aucunement. Il livre ainsi un film attendu et convenu, qui ne suscite jamais l’effroi . Dommage.

 

Sinister - Ethan Hawke, Juliet RylanceSinister est le nouveau produit de l’équipe à l’origine de la prolifique saga Paranormal Activity ainsi que d’ Insidious. La bande s’allie à un autre homme qui a fait ses armes dans le genre horrifique, Scott Derrickson, réalisateur de L’Exorcisme d’Emily Rose. C’est lui qui prend les commandes de ce nouveau long-métrage qui raconte comment un écrivain raté, tentera de retrouver le succès qu'il a autrefois connu, en enquêtant sur le meurtre de plusieurs familles et comment il sera pris à son propre jeux, au détriment de sa famille toute entière.

Sinister reprend la recette de Paranormal Activity, assez novatrice à l’époque du premier opus (beaucoup moins maintenant), celle du found-footage, avec laquelle s’ouvre d’ailleurs le film. Ellison, le personnage principal, interprété par Ethan Hawke, trouve dans le grenier de sa nouvelle maison, des films tournés en super 8, montrant la mort de plusieurs familles, soit pendues, soit noyés ou encore passées à la tondeuse. Cela donne une séquence d ‘introduction assez violente, avec un plan fixe de plusieurs minutes, sur trois personnes pendues à un arbre. Ces séquences de visionnage sont les plus choquantes et perturbantes du film, nous montrant avec un effet de réel, dû au 8mm, des scènes d’exécution pour lesquels notre attrait est comparable à celui du personnage. Le film est intéressant dans l’interrogation de cette attraction malsaine pour des images parfois insoutenables, mais que, comme notre avatar Ellison, qui s’en nourrit pour son travail, nous ne pouvons nous empêcher de regarder jusqu’au bout.

 

Sinister - Ethan HawkeL’intérêt de Sinister s’arrête là, le film se révélant très rapidement n’être qu’une reprise assez vulgaire de tous les procédés éculés des films d’horreur. En plus du film-footage on retrouve un panel des figures classiques du genre : la présence d’esprits enfants (on pense fortement à The Grudge ), ou encore d’enfants démoniaques, le boggeyman, des légendes ancestrales, des vidéos maudites. Même les personnages sont stéréotypés, celui interprété par Hawke, est torturé, boit un peu trop et se rend compte trop tard qu’il n’a pas privilégié les bonnes choses, sa famille. L’épouse tient elle parfaitement son rôle, elle soutient son mari jusqu’au bout et le suivrait n’importe où, où il ira. La performance assez approximative des acteurs ne nous aide pas, il est vrai, à croire à ce scénario sans originalité aucune.

 

Sinister - Ethan HawkeOn se laisse aller quelques fois à quelques Jump Scares, on l’avoue grâce notamment à l’ambiance sonore, véritable accompagnateur de la terreur. On devient vite assez tranquilles, après la répétition des scènes nocturnes dans la maison, qui finissent par faire tourner l’intrigue en rond. Le final est comme l’ensemble du film, attendu et convenu, c’est à nous en faire perdre nos frissons.

 

Par Camille Esnault

 
 

Les commentaires des lecteurs

 
 
 

Retrouvez Toutleciné.com sur...

twitter & Facebook

Zoom Avant

Zoom Avant