Se connecter | Créer un compte



Touristes

Ajouter à mes films favoris
 

Touristes : le Bonnie & Clyde du pauvre Touristes - 1,0/5 (1,00)

Touristes« God Damn the Queen », Touristes se révèle au moins aussi décevant, sinon plus que God Bless America. Les humoristes de seconde zone se mettent au cinéma pour le pire dans les deux cas : un film bâti sur une promesse de plaisir qui ne sera jamais remplie.

 

TouristesTina, une pauvre fille sous la coupe de son acariâtre de mère est emmenée par Chris faire le tour de l'Angleterre en caravane. Mais les vacances ne se déroulent pas sans leur lot de désagréments qui ne seront pas du goût d'un Chris très à-cheval sur ses principes de bonne conduite. Le couple commencera alors une virée bien plus macabre... L'argument : qui n'a pas rêvé de ''buter'' (c'est le terme approprié) l'agaçant voisin de camping avec son équipement toujours plus sophistiqué que le vôtre ? Et le ''gros beauf'' qui écoute sa radio à fond alors que vous voulez profiter du silence de la campagne ? Et le pédant guide d'un site touristique qui vous prend de haut ? Cette envie de meurtre ordinaire peut sûrement faire l'objet d'un scketch désopilant, encore faudrait-il qu'il fasse monter la mayonnaise. Fifty Shades of Grey invente, dit-on, le soft-porno pour mère au foyer, Touristes avec d'autres comparses invente le film gore pour ''père au garage'' ? Si seulement...

 

TouristesPour un film, le pitch allusif se doit d'aller plus loin et en la matière Bonnie and Clyde d' Arthur Penn (1967) et Natural Born Killers d' Oliver Stone (1994) semblent être indépassables dans la violence, la subversion et la perversion d'un plaisir jubilatoire du spectateur qui tourne à l'ivresse ou au dégoût. Tellement indépassables que leurs émules sont incapables du plus petit zest de baroque qui captive au lieu d'ennuyer à mourir le spectateur. Le tueur à la mode c'est indéniablement monsieur tout-le-monde ? Soit, mais la bonne morale qui le motive l'affadit bien vite et fait retomber son initiative violente de correction de la société pourrie façon Taxi Driver en mélo pathétique et dénué de tout intérêt. Version anglaise ou version américaine, toute cette agressivité n'était donc qu'un prétexte facile, une manière à des seconds couteaux de la comédie de se faire remarquer en autorisant la médiocrité qui devrait les enfouir dans l'indifférence du public et qui finira bientôt par les faire sombrer dans l'oubli... Touristes est l'exemple parfait : premier meurtre vaguement défouloir, quelques blagues typiques de l'humour anglais, deux phrases un peu crues, une scène de sexe un peu brutale quoique très chaste et piouf c'est tout, le film s'est éteint.

 

Par Léo Pinguet

 
 

Les commentaires des lecteurs

 
 
 

Retrouvez Toutleciné.com sur...

twitter & Facebook

Zoom Avant

Zoom Avant