Se connecter | Créer un compte



Arrêtez-moi

Ajouter à mes films favoris
 

Arrêtez moi : le nouveau combat de Sophie Marceau Arrêtez-moi - 4,0/5 (4,00)

Arrêtez-moiAprès s'être essayé une première fois au drame avec La journée de la jupe, Jean-Paul Lilienfeld revient au genre avec Arrêtez-moi, une adaptation de Les lois de la gravité de Jean Teulé, métrage qui met en scène sous forme de huis clos deux femmes : Miou-Miou et Sophie Marceau. Le réalisateur y dénonce aussi avec force et poigne la violence subie par les femmes.

 

En France en 2011, 122 femmes sont décédées suite à des violence au sein de leur couple, une femme décède tous les 3 jours des coups portés par son conjoint ou ex conjoint. Avec ces chiffres plus qu'alarmants, impossible de rester sous silence, et justement le réalisateur Jean-Paul Lilienfeld est bien décidé à le briser ce silence, pour que l'histoire nous paraisse encore plus réelle et saisissante, Lilienfeld filme les moments de flash-backs caractérisés essentiellement par la violence du point de vue de la victime ( Sophie Marceau), la caméra est posée directement sur elle et nous partageons de ce fait toute cette brutalité avec elle. Chaque coup que la victime reçoit, nous nous le prenons également de plein fouet. Que dire à part que c'est déroutant de se retrouver face à tant de brutalité infligée qu'elle soit morale ou physique, un mot, une phrase ne peut et ne pourra jamais exprimer le cri que l'on a envie de pousser. On souffre avec la victime mais le pire est certainement qu'on ne saignera jamais autant qu'elle. Révoltant est le synonyme qui conviendrait peut-être le mieux car on se retrouve impuissants à regarder le désarroi dans lequel se noie la victime. Victime, qui se veut coupable d'ailleurs puisque une femme au visage marqué ( Sophie Marceau) vient se livrer à la police un soir comme étant responsable du meurtre de son mari. Face à elle qui l'écoute, le lieutenant Pontoise ( Miou-Miou), une femme déconcertée et outrée par ce qu'elle entend malgré que ces tristes discours fassent partie de son quotidien, ça aussi c'est fou, l'habitude de l'agression et de l'agressivité.

 

On retrouve le mutisme de certains personnages au courant des comportements brutaux. Ainsi lorsque la victime rencontre son futur mari (bourreau) et sa belle mère, elle lui fait remarquer qu'il ne faut pas se hâter à se marier et que « Tous les hommes ont des défauts », oui enfin concernant ce « défaut » précis, il aurait peut-être était nécessaire d'être au courant. Passage important aussi est celui où la victime se reconnaît en tant que telle, elle plaide victime et non pas Arrêtez-moi - Sophie Marceaucoupable. Les deux personnages féminins se dévoilent et évoluent pendant ces quelques heures qu'elles passent ensemble. Jolie performance des actrices, Sophie Marceau iinterprète avec talent le destin de cette femme qui aurait pu être heureuse mais qui ne le sera jamais plus. Il y a une distance toujours présente entre la victime et la personne à qui elle se confie, difficile de comprendre ou même d'envisager ce qu'elle a pu endurer, même distance qui règne entre les spectateurs et l'écran qu'ils scrutent, le réalisateur nous propose de réduire et ça marche, nous avons un contact direct avec la douleur éprouvée par les deux protagonistes. Miou-Miou est elle aussi surprenante dans ce rôle de femme flic qui essaye tant bien que mal de sauver la victime et de lui ouvrir les yeux. Mais la sauve t-elle vraiment en essayant de lui épargner la prison ? Ou alors ne l'enferme t-elle justement pas encore plus en essayant de la libérer à tout prix ?

 

* Si vous avez aimé La journée de la jupe, Polisse, Doute ou même l'Echange, vous aimerez Arrêtez-moi.

 

Par Anne-Laure Thirion

 
 

Les commentaires des lecteurs

 
 
 

Retrouvez Toutleciné.com sur...

twitter & Facebook

Zoom Avant

Zoom Avant