Se connecter | Créer un compte



Thérèse Desqueyroux

Ajouter à mes films favoris
 

Thérèse Desqueyroux : la lettre d'adieu de Claude Miller Thérèse Desqueyroux - 3,0/5 (3,00)

Thérèse Desqueyroux - Audrey TautouDisparu le 4 avril dernier, Claude Miller nous offre un dernier film en guise de lettre d'adieu, Thérèse Desqueyroux, présenté en clôture au dernier Festival de Cannes. Belle adaptation du roman de François Mauriac, Thérèse Desqueyroux reste un film d'une beauté formelle classique mais délicieuse, à la gravité fragile et intime inhérente au cinéma de Claude Miller.

 

Thérèse Desqueyroux - Audrey Tautou, Gilles LelloucheDans les Landes, on arrange les mariages pour réunir les terrains et allier les familles. Thérèse Larroque devient Madame Desqueyroux, mais cette jeune femme aux idées avant-gardistes ne respecte par les conventions ancrées dans la région. Pour se libérer du destin qu'on lui impose, elle tentera tout pour vivre pleinement sa vie...

 

Thérèse Desqueyroux - Catherine Arditi, Anaïs DemoustierÀ l'instar de sa Petite Lili planté dans les paysages sauvages de la Bretagne, Thérèse Desqueyroux prend place dans les Landes, entre les larges étendues de pins et la rivière L'Espérance. Devant la caméra de Claude Miller, l'héroïne de François Mauriac se détache, portée par une Audrey Tautou au jeu complexe et nuancé. Cette fille qui réfléchit trop et fume comme un sapeur-pompier gravite dans un monde aux valeurs strictes et bourgeoises. «La famille, avant tout», entend-on à tout va. Mais cette existence de bonne petite provinciale va très vite déclencher en elle une lueur diffuse, un poison qui se répand goute à goute chez elle et qu'on appelle le mal de vivre.

 

Thérèse Desqueyroux - Audrey Tautou, Gilles LelloucheCette héroïne qui perd le sentiment de son existence individuelle se consume peu à peu et la maternité n'y changera rien... Claude Miller filme l'ambivalence des sentiments, l'ambiguïté d'une femme qui va se perdre, en proie à son bouillonnement intérieur. La mise en scène est fluide et opaque, classique et moderne, la tragédie amorale de François Mauriac s'achève sur une fin lumineuse, comme un ultime geste d'amour d'un cinéaste qui demande pardon à son public d'être parti si tôt...

 

Par Laure Croiset

 
 

Les commentaires des lecteurs

 
 
 

Retrouvez Toutleciné.com sur...

twitter & Facebook

Zoom Avant

Zoom Avant