Se connecter | Créer un compte



News

 

Chronique DVD - Ma bonne étoile d’Anne Fassio

Ma Bonne étoile Anne Fassio n’avait pas convaincue avec son premier long-métrage, Je déteste les enfants des autres. Malheureusement, son second long-métrage non plus. Le sort s’acharne.

 

Ce doit être une malédiction ou un truc dans ce genre là. Dès qu’un film veut nous conter une histoire où le cheval tient une place importante, c’est pour ne pas dépasser le roman photo pour adolescentes. Faut se faire une raison. Ma bonne étoile n’y échappe pas. L’histoire d’une petite fille qui perd sa maman et va vivre, à travers son attachement pour un cheval, la plus grande des aventures quant on est fille d’entraîneur de trotteurs : devenir, en compagnie de sa fabuleuse monture, une crack des pistes. Entre deux, il y aura eu la naissance de la pouliche (et oui, une fille elle aussi), tout comme elle privée de sa maman trop tôt (morte en mettant bas). Elles deviendront toutes les deux inséparables, gagneront toutes les courses auxquelles elles seront associées (deux ou trois en province, mais de quoi soulever de gros trophées et partir à la conquête du Prix d’Amérique…) et sauveront ainsi l’écurie familiale de la faillite (faut dire que pour un entraîneur de chevaux, il entraîne peu cet homme là…), se comprenant car ayant la même histoire commune, hein.

 

C’est beau, c’est filmé en Normandie (où on apprend que Beaumont en Auge se trouve en Seine-Maritime…), telle une improbable carte postale (les différents conseils régionaux ont dût sortir le carnet de chèque), ça veut nous conter la vie des courses mais s’en est si folklo qu’on en rie beaucoup (tant à dire…), nous retrouvons toujours l’opposition - faut croire indispensable à tout récit sur les courses - entre les loosers sympathiques (des gens de la terre comme ils disent) et les winners impitoyables (un banquier et fils de banquier, du coup moins sympathiques), et le tout se finit par un beau et grand mariage en bord de plage. Un conte de fée à dormir debout mais qui fera sans doute rêver les petites filles. Après tout, c’est à elles qu’est destiné ce second long-métrage d’Anne Fassio.

 

Le DVD

 

Techniquement parfait, avec pistes audio en Dolby Digital 2.0 et 5.1, et des sous- titres pour sourds et malentendants. Pour suppléments, le pack promo du distributeur-éditeur. Soit des petits entretiens filmés avec Christophe Lambert (qui aurait pu être un grand attaché de presse), Fleur Lise (la jeune héroïne) et Georges Branche, le dresseur de dada du film.

 

 

 

Edité par StudioCanal


Par Camille Esnault (17/12/2012 à 18h16)
Envoyer à un ami Ajouter un commentaire
 
 

Les commentaires des lecteurs

 
 
 

Retrouvez Toutleciné.com sur...

twitter & Facebook

Zoom Avant

Zoom Avant