Se connecter | Créer un compte



News

 

Les Misérables de Tom Hooper nous font déchanter

Les Misérables Tom Hooper signe une œuvre ambitieuse (trop ?), reprenant la comédie musicale adaptée des Misérables, le classique de l’auteur romantique Victor Hugo. Un peu réticents quant aux adaptations anglophones d’œuvres si marquantes de la culture françaises, nos doutes n’ont, hélas fait que se confirmer…

 

 

Oubliez Victor Hugo

 

Les Misérables - Hugh Jackman, Anne HathawayTom Hooper, le téméraire réalisateur du Discours d’un roi s’attèle à un monument de la littérature en offrant une nouvelle version des Misérables de Victor Hugo. Plutôt au monument du music-hall, puisque c’est la comédie musicale, jouée à Broadway depuis 1985, de Claude-Michel Schönberg, qu’il transpose ici sur grand écran. Oubliez alors Victor Hugo et sa prose subtile jusque poétique sur la condition humaine durant la monarchie de juillet. Oubliez, oui, car ne restent que ces morceaux musicaux simplistes, autant au niveau des paroles que des compositions instrumentales qui les habillent, n’étant finalement qu’une répétition interminable du même thème encore et encore. Les personnages eux aussi sont réduits à leur plus simple expression ne représentant que des figures antagonistes qui s’attirent ou se rejettent selon les fluctuations de l’intrigue.

 

Ce mortel ennui

 

Les Misérables - Eddie Redmayne, Aaron TveitSi la forme est ambitieuse, Tom Hooper enchaîne les plans larges sur des décors démesurés, les plongées ou contre plongées vertigineuses, ajoutés à un enchaînement de morceaux musicaux colossaux, qui constituent l’entièreté du film, sans aucun dialogue parlé, le fond l’entraîne véritablement vers le bas. Le propos d’Hugo est rendu dérisoire, larmoyant et simpliste, il ne peut alors tenir en haleine durant les 2h30 du film. Le manque d’intérêt du récit fait littéralement couler le film qui finit par nous saisir d’ennui et finalement nous agacer à force de chansonnettes plus pleurnichardes les unes que les autres.

 

Un casting gros calibre

 

Les Misérables - Helena Bonham CarterLe casting pourtant gros calibre du long-métrage n’arrange rien à l’affaire. Anne Hathaway, Hugh Jackman ou Russel Crowe, qui n’ont pas à rougir de leur performance vocale assez impressionnante il est vrai, offrent la même performance maniérée, qui au milieu des décors de carton recréant le Paris de 1830, finit de donner une dimension théâtrale qui ne sera jamais salvatrice pour le film d’Hooper. Seules les gaudrioles des Thénardier, incarnés par l’excellente Helena Bonham Carter et le très bon Sacha Baron Cohen, arrivent à nous sortir de cet état de léthargie dans lequel nous entraîne par moment ce dernier. Cette expérience s’achève sur l’impression d’un Tom Hooper qui s’est laissé dévorer par cette fresque qui s’étale sur 17 ans de la vie d’un homme qui devrait constituer un agréable moment de music-hall, mais qui n’est en aucun cas un bon moment de cinéma.

 

Passionnés de comédies musicales ou de Hugh Jackman, Les Misérables est peut-être pour vous... ?


Par Camille Esnault (15/02/2013 à 17h11)
Envoyer à un ami Ajouter un commentaire
 
 

Les commentaires des lecteurs

 
 
 

Retrouvez Toutleciné.com sur...

twitter & Facebook

Zoom Avant

Zoom Avant