Se connecter | Créer un compte



News

 

Zero Dark Thirty : l'heure du crime

Zero Dark Thirty Kathryn Bigelow par à l'assaut d'un élément encore brûlant de l'histoire américaine, la traque et l'assassinat de Ben Laden. La réalisatrice traverse toutes les polémiques autour de Zero Dark Thirty, comme son héroïne Maya, avec force et conviction. Elle ne cache rien, ne ménage personne grâce à une mise en scène intense, en même temps qu'elle remet la femme à sa place : exactement la même que l'homme.

 

Zero Dark Thirty - Jessica ChastainUn écran noir sur lequel défilent les enregistrements des derniers appels passés par les prisonniers des deux tours le 11 septembre 2001. L'image d'un homme, les deux bras lacérés par des chaînes qui le maintiennent suspendus. Ses pieds ne touchent pas le sol, sa tête est lourde et tout ça ne fera qu'empirer, une fois ce dernier soumis à la technique de torture dite du waterboarding. Le message est clair, œil pour œil, dent pour dent. C'est avec cette image et cette sensation qui nous inonde rapidement, que s'ouvre le film de Kathryn Bigelow. Un effet coup de poing qui ne fera que se confirmer dans les minutes qui suivront, par une monstration intransigeante, sans ménagement, sans quartier aucun pour l'Amérique comme pour l'autre camp. C'est le dégoût, l'asphyxie de la jeune Maya ( Jessica Chastain toute en mesure), agent de la CIA envoyée au Pakistan contre son gré, que l'on ressent. C'est à travers ses yeux, et son combat pour la vérité qui se transformera plus tard en vengeance personnelle, qu'on suivra cette chasse aux indices tendue menant seulement à des déductions.

 

Zero Dark Thirty - Jessica ChastainLe film, récit d'une conviction personnelle qui tournera une page de l'Histoire, n'est pour autant marqué d'aucun regard et laisse la place nette au spectateur pour appréhender ce qui se déroule devant lui seul et face à ses propres certitudes. Sans sous-estimer son spectateur Bigelow met alors en place une narration solide, qui nous dévoile les mécanismes d'une réalité géopolitique encore brûlante. Le film devient tour à tour, enquête réfléchie, thriller dynamique, récit personnel ou encore pamphlet militaire, tout ça porté par une musique lourde et intense composée par Alexandre Desplat. Le tout conduit par un véritable don pour la mise en scène. On sent cette maîtrise dans la construction d'un plan, dans le rythme d'une scène qui se modifie au gré des éléments narratifs, dans la dernière demi-heure à l'intensité étonnante ou dans un final qui relâche toute la tension accumulée et nous laisse comme l'héroïne, pleins de questions.

 

Zero Dark Thirty - Jessica ChastainSi ce combat acharné et tendu a été salvateur, car plus que la traque d'un ennemie de l'Etat, il a permis de soulever le voile du mensonge et de répondre, de maîtriser pour un instant ce règne de la terreur exercé par les terroristes. La note finale n'est pas une exultation de joie, mais la larme de l'héroïne qui comme nous, regarde en arrière et se demande où aller ? Où tout ça a bien pu mener ? Car si Ben Laden est mort, reste après lui cette menace invisible menée par ceux qu'il a engrangés nombreux et dévoués. Restent aussi les actes commis par une Amérique qui, à travers Maya et ses larmes, s'interroge peut-être sur l'efficacité d'un combat du mal par le mal ?


Par Camille Esnault (23/01/2013 à 11h15)
Envoyer à un ami Ajouter un commentaire
 
 

Les commentaires des lecteurs

 
 
 

Zoom Avant

Zoom Avant  

Forums : les derniers messages

Sujet Auteur
Topic Des Phrases Cultes De Film 36-15_my_life
jean kéni ddd
News Letter Minimoi
wGNhEfifZcWzQHCCP thvrJJEMhXXWYeN
ibHeVkmXWhdLMmeN mkxOcvkJfnfe
ELjcmSFjOrFmxoVyQV dKkcBMzZuZdZeTd
Loterie de Vidéos, avez-vous essaye... KygO
otc tetracycline generic cod accept... JVZeBeCQjJqUpEp
mlgrHARlBP kgwqxhilze
udYofizhpkoXaGv pDbyZrQhGADDBfq

Retrouvez Toutleciné.com sur...

twitter & Facebook